Tips d’activistes pour s’engager en toute sérénité

3 min
Esther Meunier& Pauline Vallée
🤝 En partenariat avec Together for Earth
Tu es engagé·e dans une asso environnementale ?
  • Oui !
  • Nope
  • Non, mais j’aimerais bien…

C’est cadeau, les témoignages et conseils pour bien s’engager de 3 militantes environnementales :

👱🏻‍♀️ Marie de Youth for Climate
👩🏽‍ Hajar de Youth and Environment Europe
👩🏻 Éléonore de Together for Earth


Tip n°1 - L’union fait la force

  • Ne pas se lancer tout·e seul·e

👱🏻‍♀️ : « La solidarité c’est non seulement important, mais c’est aussi plus agréable. On peut s’arranger pour se relayer, diviser la charge de travail. Ça permet aussi de rencontrer des gens qui ont les mêmes angoisses, les mêmes vécus, les mêmes aspirations. C’est plus facile de se confier. »

👉 Rejoindre un truc existant plutôt que de faire ses trucs dans son coin, ça aide (après si tu préfères faire ton truc solo c’est ok hein)

  • Choisir le bon collectif

👩🏻 : « Je me suis retrouvée présidente d’une asso à 20 ans, avec un budget à gérer… Il n’y avait pas de volume horaire, pas de contrainte, et personne pour te dire “attention tu travailles trop”. C’était chaud. Là je suis dans une asso bienveillante où il n’y a pas cette pression. Je n’avais pas le temps pendant 2 semaines, je l’ai dit au groupe, et maintenant que j’ai de nouveau du temps, bah c’est ok. »

👉 Se renseigner en amont, demander aux membres comment ça se passe pour estimer le fonctionnement, le temps que prend chaque tâche, s’il est possible de ne s’engager que sur certains projets, etc.

  • Faire signe quand on a besoin d’aide

👩🏻 : « Chez Together for Earth, on a des “anges gardiens”. Ce sont des personnes ressources qui veillent sur le groupe, et que tu peux aller voir en cas de charge mentale trop importante. »

👉 Le burn-out militant (ou burn-out tout court), c’est à prendre au sérieux. Repère les personnes que tu peux solliciter en cas de (futur) problème, et n’hésite pas à signaler le moindre souci !


Tip n°2 - Savoir dans quoi on se lance 🤔

  • Anticiper ce qu’on peut apporter

👩🏽‍ : « Demande-toi à l’avance ce que tu peux apporter, pour rejoindre le collectif en disant “moi mon truc c’est la com” par exemple. Ensuite libre à toi d’explorer et tenter d’autres choses. Mais au début, ça permet de se limiter, de ne pas se jeter sur tous les projets et chantiers. Tu sais que tu vas être efficace sans avoir tout à apprendre. »

👱🏻‍♀️ : « S’engager ce n’est pas seulement envahir des entreprises ou faire des marches. Tout le monde ne peut pas se permettre d’arrêter ses études, ou de quitter son job étudiant pour militer. Mais rien que se renseigner, ouvrir un journal, partager des informations sur Insta, en parler autour de toi… Ça peut faire une diff. Et aussi soutenir celles et ceux qui prennent des risques, en relayant leurs actions. »

👩🏻 : « Oui, tout le monde ne peut pas s’investir pareil. C’est bien de le dire clairement, en prévenant que tu es dispo seulement 3h par semaine par exemple. »

👉 Identifier et miser sur ses points forts (tu gères aux jeux vidéo, en danse ou en espagnol ? dis toujours !).
👉 Évaluer quelle quantité de temps tu es prêt·e à donner à ton engagement… et être clair·e là-dessus avec le reste du groupe.
👉 Trouver des missions ponctuelles, par exemple avec le site Je veux aider du gouvernement ou l’organisation Tous bénévoles

  • Voir ce qu’on est prêt à sacrifier

👩🏽‍ : « Une bonne question à se poser : sur quoi je suis prêt·e à faire une croix dans mon emploi du temps ? Moi perso, ce qui saute, c’est le temps consacré aux séries (même si j’arrive à trouver du temps pour aller au ciné) ou aux soins dont mes cheveux auraient parfois besoin haha ! »

👱🏻‍♀️ : « Quand j’étais au lycée, j’ai fait le choix de ne pas préparer de concours pour pouvoir militer. Mais ça reste un privilège de pouvoir ne pas se soucier de ses notes. Chez Youth for Climate, 80% des gens de notre mouvement sont des fils de profs. Je comprends que certains ne puissent pas autant s’investir parce qu’ils ont les parents sur le dos. »

👉 Regarde ton emploi du temps actuel et essaie d’imager les activités auxquelles tu serais prêt·e à renoncer pour t’engager.
👉 Parle-en à tes proches, en expliquant pourquoi tu t’engages, ce que ça va t’apporter… C’est important qu’ils comprennent et te soutiennent.


Tip n°3 - Apprendre à couper 😮‍💨

  • Se définir des plages horaires

👩🏽‍ : « Je suis engagée dans différentes structures, chacune a un timing défini : le premier lundi du mois, ou le mercredi toutes les 2 semaines… Après, sans mentir, une réunion ou quelques heures par-ci par-là, ça ne suffit pas pour préparer certaines choses. Dans ce cas, je définis des plages horaires, par exemple 13h-18h. À 18h, je déconnecte et je passe à autre chose. Ça arrive aussi d’avoir des périodes plus chargées que d’autres, où je ne vais pas compter mon temps. Mais je prévois des moments de récup ensuite. »

👩🏻 : « J’essaie aussi de me fixer des plages horaires, même si je ne les respecte pas trop. Je planifie toutes mes réunions dans mon agenda, et j’utilise aussi Trello pour m’organiser. »

  • Séparer son militantisme du reste

👱🏻‍♀️ : « Quand je revois mes amis d’enfance, elles hallucinent de voir mon tel bipper toutes les 5 secondes. Des fois j’aimerais bien avoir deux téléphones : un pour les activités militantes, un pour le reste. Ce qui est bien aussi, c’est de se retrouver dans un endroit fixe, comme un local. Ça délimite physiquement le temps que tu consacres à ton engagement, ça permet de le visualiser. »

👩🏻 « C’est plus compliqué en dématérialisé. On est plus tenté d’enchaîner quand tout se passe sur l’ordi. Et puis se voir en présentiel, ça permet de créer des liens, ce qu’on peut moins faire en visio. »

  • Voir d’autres personnes

👱🏻‍♀️ : « J’ai un peu pris de recul depuis que je suis en Allemagne. J’ai des ami·es pas militant·es, donc ça me permet de faire autre chose. »

👩🏽‍ : « Avant je ne me posais pas de limite. J’ai commencé à me poser des questions quand des gens hors cadre familial me disaient que je n’étais jamais dispo, que j’avais jamais de temps libre. »

👉 Avoir 2 tels, c’est cher (et ça pollue). Autres solutions 📵 : prendre 2 cartes SIM (si compatible avec ton modèle de tel), couper les notifications des applis à partir d’une certaine heure, mettre son tel en mode avion quand tu partages un repas ou une activité avec d’autres personnes…
👉 Avec le Covid c’est chaud, mais demande à organiser au moins certaines réunions IRL. Life is too short pour parler à un écran d’ordi.
👉 Tu vas forcément te rapprocher d’autres membres du collectif (et c’est ça qui est cool). Mais garde aussi de la place pour tes autres potes et tes proches ❤️ Ils ont un regard extérieur sur ton engagement et peuvent sonner l’alarme s’ils pensent que ça ne va pas.


Tip n°4 - Valoriser ton engagement

👩🏽‍ : « Ma plus-value c’est aussi ça : être engagée. J’ai une expérience de terrain que les études ne m’auraient jamais donnée. La COP26 par exemple, on nous en parle en cours. Contrairement aux autres, j’y suis allée. Ça me soulage aussi sur la charge mentale au niveau financier. Ok je suis en galère de tunes, mais grâce à mon engagement je me suis fait un contact qui va peut-être m’ouvrir des portes. »

👩🏻 : « Je suis en stage en ce moment, mes collègues savent que je suis engagée parce que c’est écrit dans mon CV et que j’en parle beaucoup. Ils sont assez admiratifs, et du coup ça ne pose pas de problème d’organisation parce qu’ils comprennent. »

👉 Non, ce n’est pas du temps perdu ! S’engager, que ce soit pour l’environnement ou une autre cause, t’apporte plein de compétences et de connaissances. Clame-le haut et fort en entretien, écris-le sur ton CV, et sois-en fier·ère ✨

À lire aussi sur NOWU 🙌

author image
Esther Meunier
À la recherche de bonnes nouvelles
author image
Pauline Vallée
Voisine de Totoro